Le vieillard qui plantait des arbres

Le vieillard qui plantait des arbres

Un article … le premier est difficile à écrire !

J’ai donc choisi de vous raconter une histoire pour vous emmener vers le chemin de Trapelune..

Celui des histoires où tout peut s’inventer !

 Je  m’appelle Evelyne , je suis éducatrice de jeunes enfants depuis l’âge de 19 ans.

Aujourd’hui, j’ai presque 40 ans de carrière(aie!) et je partage avec vous mes valeurs qui fondent  l’ouverture de mon lieu d’activités créatives :

legende, mythe

Trapelune ….

Ouvrez grands vos oreilles? vous m’entendez? je commence… chuuuuuttt!

Voici  donc l’histoire .. du vieillard qui plantait des arbres !

Par un bel am d’été, un cavalier galopait sur les routes de Provence. Il avait soif… et il se maudissait de ne rien avoir apporté dans ses selles. Quand soudain, il aperçut un paysan qui travaillait dans un champ. Il alla vers  lui et se trouva en présence d’un très Vieil homme occupé à planter. Ils s’assirent à l’ombre et le vieil homme lui donna à boire ! Se sentant mieux, le voyageur voulut échanger qq mots !

– Dites-moi l’ami, que faites-vous donc ici par cette chaleur ?

– Je plante des oliviers ! répliqua le vieillard

– Mais, s’étonna le voyageur, quel âge avez-vous ?

– Presque 90 ans !

– Sans vouloir vous offenser, pourquoi vous fatiguer à votre âge, à planter des arbres qui ne donneront leur récolte que dans une dizaine d’années ? vous n’en mangerez pas hélas !

– C’est vrai, répondit le vieillard, mais toute ma vie j’ai mangé les olives venues d’arbres que d’autres avaient plantés. Je plante pour que d’autres puissent plus tard manger celles que j’ai plantées…

  • Lorsque le voyageur remonta en selle, il se dit que les paroles du vieil homme l’avait autant rafraichi que l’eau de sa cruche !

(Fable de michel piquemal albin michel edition paris 2010)

Ce texte me tient à cœur car il parle de transmissions, nous faisons partie d’une longue chaîne et nous n’en sommes pas le bout.

Qu’ en pensez-vous ?

  « Nous ne possédons pas la terre. Nous l’empruntons à nos enfants  » adage écologiste

spirtualite